Autoroute au rabais, paysage malmené

L'autoroute A85 est un cas d'école, en matière de création d'infrastructure où un seul critère est pris en compte par le concessionnaire, la réduction des coûts. Cet article est un appel à la vigilance pour les personnes confrontées aux projets de grandes infrastructures. Vérifiez les détails , demandez les plans de phasage, et suivez le projet d'un bout à l'autre.
Car face à vous, le concessionnaire emploi la méthode roumaine : " Si you plé, missiou dames, donné diz euros, cé pour resté propre, i pour mangé. Not'otoloute y aura pas di trafic dissus, idé nous ...si you plé.." Il pleurniche pour déroger à la loi, il sous estime le trafic futur et déclare que le tronçon n'est pas rentable. Cela entraine une série de problèmes dont certains resteront à jamais gravé dans le territoire. Les problèmes relevés concernent non seulement l'insertion de l'infrastructure dans le paysage mais aussi la sécurité des automobilistes.

Les premiers usagers qui ont emprunté l'autoroute ont été surpris de voir la bande d'arrêt d'urgence simplement recouverte de gravillons. Non seulement les gravillons pouvaient être projetés par les véhicules, mais en plus la bande d'arrêt d'urgence n'était pas assez solide pour accueillir les camions. Plusieurs poids lourds se sont d'ailleurs enfoncés, laissant de profondes traces dans le sol.

Les voies d'une autoroute sont identiques en largeur, 3,50m pour chaque voie, ce qui paraît logique. Cela permet à l'automobiliste d'avoir la même perception de son environnement qu'il soit sur la voie de droite où la voie de gauche. Sur l'A85, c'était une autre histoire, car la voie de droite était plus étroite que la voie de gauche (seulement 3m). La situation était à tel point dangereuse, que même les patrouilleurs ne prenaient pas le risque de doubler des poids lourds, par temps de pluie.

Ces 2 points ont été corrigés depuis, mais des travaux vont prochainement commencer pour construire un deuxième pont sur le Cher afin d' ajouter 2 voies supplémentaires. Car oui, actuellement il y a un seul pont, avec simplement 2 voies, comme sur une départementale ordinaire.
Dans les études d'avant projet , ainsi que dans les études d'impact on note l'importance du maintient de la continuité des axes locaux. Cela se traduit dans la réalité d'une curieuse façon ! La plupart des ponts sont décalés par rapport à l'axe historique de la route. Pour économiser quoi, allez vous me demander ? Le prix de la déviation provisoire qui est nécessaire pendant la construction du pont. Suivez l'autoroute A85 sur Google Map entre Tours et Vierzon et vous constaterez l'ampleur du phénomène.
Si vous êtes confrontés à ce genre de travaux en tant que paysagiste ou en tant qu'élu, demandez les plans de détail de chaque ouvrage. Faites vous expliquer les phases du projet. Enfin n'hésitez à négocier même lorsque les travaux sont commencés, il est toujours possible d'abaisser la hauteur d'un remblais, de demander la plantation de haie, ou d'édifier un merlon.




Retour à la liste des articles



Vous avez dit Séminaire Robert Auzelle ?
Le séminaire Robert Auzelle est une association de promotion de l'art urbain qui...
Autoroute au rabais, paysage malmené
L'autoroute A85 est un cas d'école, en matière de création d'infrastructure où...
Votez pour les Victoires du Paysage 2016
Vous avez jusqu'au 31 octobre pour voter pour votre projet préféré. La France...